Continuez à nous suivre !!

Pour des raisons techniques, nous changeons de site! Pas de panique, vous avez juste à suivre ce lien vers notre site backpackingtheworld2

Vous pourrez continuer à nous suivre pour tout connaître de notre périple en Amérique centrale!

A bientôt

Camille et Yassine

Publicités

Islas del Rosario et Playa Blanca.

On a tous vu des images paradisiaques des Caraïbes, ces plages blanches et cette eau turquoise, ces petites cabanes en bois posées sur la plage à un mètre de l’eau. Et bien, tout cela existe à côté de Carthagène des Indes, dans la mer des Caraïbes. Un petit bateau, bien rempli et un peu tape-cul, nous a d’abord emmenés aux Iles du Rosaire. Cet archipel de 27 îles, dont beaucoup sont privées, est un petit bout de paradis. Nous avons passé deux nuits sur la plus grande île, à vivre au rythme du soleil (il n’y a pas d’électricité bien sûr). Nous avons nagé de nuit entouré de plancton lumineux, nous avons dégusté des langoustes et des noix de coco et nous avons profité de la plage. Nous sommes ensuite partis pour la péninsule de Baru, où se trouve la magnifique plage de Playa Blanca. Nous avons passé cinq nuits dans ce petit paradis, dans un petit hôtel en bois, avec vue sur mer. La mer, à deux mètres de notre chambre, nous berçait la nuit et nous offrait le meilleur des bains le matin. Farniente, poisson et riz coco, lecture, bronzage, jeux de cartes et couchers de soleil impressionnants ont été notre quotidien pendant 5 jours et nous devons bien admettre que c’était plutôt agréable. Voici le paradis en photos.

Barranquilla : vive le carnaval.

Quand nous avons appris que le deuxième plus grand carnaval d’Amérique du Sud, après celui de Rio, était sur la côte caraïbe de la Colombie, nous n’avons pas hésité à sauter dans un avion pour aller admirer cela de plus près. Et nous n’avons pas été déçus! Des parades tout l’après-midi, des fêtes dans la rue toute la nuit, de la farine de maïs et de la mousse à tous les coins de rue. Ce carnaval est bon enfant, des familles entières y participent, tout le monde danse et applaudit, vêtu de couleurs éclatantes. La salsa est au rendez-vous et même prendre le bus devient une fête. Nous avons vu des costumes et des chars à n’en plus finir, nous avons dansé et applaudi et nous partageons avec vous ces photos caliente! Viva Carnaval !

Ipiales, Cali et la région du café.

Nous voilà enfin en Colombie, dernier arrêt de notre voyage en Amérique du Sud, avant d’aller découvrir l’Amérique centrale. Tous les voyageurs que nous avons rencontrés nous ont dit avoir eu un coup de cœur pour la Colombie. C’est vous dire si la barre était haute ! Après un passage express à la frontière (alors qu’il y avait une queue de 6 heures, merci la méthode marocaine), nous avons fait une petite pause d’une nuit à Ipiales, petite ville sans grand intérêt à part sa magnifique église en hommage à une apparition de la vierge. Située au fond d’une vallée, au dessus de la rivière, son cadre enchante et de nuit, elle est encore plus belle. Le lendemain nous sommes partis pour Cali, la capitale mondiale de la salsa. C’est une très grande ville, néanmoins assez agréable, qui s’anime le soir au rythme endiablé de la salsa, colombienne ou cubaine, et de la bachata. N’étant pas des danseurs professionnels, nous avons surtout admiré les Colombiens qui savent vraiment y faire. Nous nous sommes ensuite mis en route, toujours avec notre ami argentin que nous avions retrouvé à Cali, pour Salento et la région du café. Salento est un charmant petit village, perdu dans un paysage verdoyant somptueux. C’est là que se trouve le parc de Cocoras, où on peut admirer les palmiers les plus hauts du monde. C’est un décor époustouflant et nous avons pu admirer des paysages extraordinaires. Après cette belle promenade, il n’y avait rien de mieux que de se reposer dans un hamack au bord de la piscine. Le lendemain, nous sommes allés visiter une ferme de café. Nous avons pu tout apprendre sur le café, de la plantation à la consommation, en passant par la récolte, l’extraction de la pulpe, le séchage etc… Nous avons même mis la main à la pâte puisque, vêtus des tenues traditionnels des ramasseurs de café, nous avons pu faire notre petite récolte et nous rendre compte à quel point ils devaient avoir chaud. Cette magnifique ferme coloniale aux couleurs chatoyantes perdue au milieu d’un océan de bananiers et d’arbres à café a un aspect magique. Nous vous laissons juger par vous-mêmes et surtout apprécier à quel point nous sommes beaux en costume traditionnel !

Quito

Nous n’étions pas très enthousiastes à l’idée de retourner dans une grande ville, mais nous avions tort (une fois n’est pas coutume). Quito est certes une très grande ville, ou plutôt une très longue ville (plus de 45 kilomètres de longueur pour seulement 5 kilomètres de largeur) mais elle a beaucoup de charme. Son centre historique regorge de bâtiments coloniaux, d’églises jésuites plus riches les unes que les autres. Elle est située dans une vallée entourée de multiples volcans et surtout elle est traversée par l’équateur! Sachez donc que nous pesons un kilo de moins ici, voilà une bonne raison de rester en Equateur ! Nous avons apprécié le musée de l’Equateur, qui se trouve sur la ligne de l’équateur et qui nous a permis de nous amuser avec un photomaton un peu spécial. Le lendemain nous sommes montés en téléphérique, toujours avec notre ami argentin rencontré au Pérou, sur le volcan Pichincha. Du haut de ses 4050 mètres, il offre une vue imprenable sur la ville. Quito nous aura séduite par sa beauté architecturale, par sa propreté (et son absence de klaxons, comme ça fait du bien), son organisation et la facilité de s’y déplacer. Il est déjà temps pour nous de tourner la page de l’Equateur, mais nous y reviendrons un jour, je l’espère.

La côte sud de l’Equateur : Montañita, Olon, Puerto Lopez, Los Frailes …

L’Equateur, quelle belle surprise. Un pays dont on parle peu, où les Français se font assez rares et pourtant un de nos plus grands coups de cœur. La côte pacifique est magnifique, l’eau y est vraiment chaude (enfin!!), les vagues sont faites pour surfeurs débutants et confirmés, le ceviche est dé-li-cieux. Noix de coco à gogo, iguanes qui tombent du ciel, musique perpétuelle, sourire des habitants, plages presque désertes et propres (ce qui n’est vraiment pas le cas du Pérou). Que dire de plus ? Des couchers de soleil à couper le souffle et des nuits merveilleusement étoilées. Les photos ne rendent pas justice à cette côte magnifique et on en a bien plus profité avec les yeux qu’avec les appareils photos. Je vous laisse néanmoins apprécier ces paysages. Nous y serions bien restés plus longtemps, mais le temps passe et ne se rattrape pas et nous devons continuer notre route. Direction Quito, qui nous réserve aussi de belles surprises.

Mancora

Charmant petit village au nord du Pérou, on sent qu’on s’approche de l’équateur. Noix de coco et chaleur, mer chaude et ciel limpide, nous voilà enfin là où nous pouvons nous baigner sans avoir peur de perdre nos orteils. Avec une Mexicaine et un Argentin rencontrés à Huanchaco, nous décidons de faire un bout de chemin ensemble, parce que voyager en groupe c’est sympa aussi. Nous avons profité de notre passage pour aller à Los Organos nager avec les tortues (l’eau n’est pas très claire, mais les tortues sont très nombreuses et n’hésitent pas à vous donner un bon coup de nageoire si vous êtes si sur leur route). Après cette charmante excursion, des poissons grillés au feu de bois et un coucher de soleil époustouflant nous permettent de dire adieu en beauté au Pérou. Il est en effet temps pour nous de partir pour l’Equateur !

Huanchaco et Chicama

Non, nous n’avons pas disparu ! Nous avons juste fait une petite halte de deux semaines dans le joli petit village de Huanchaco, au nord de Trujillo, Pérou. Nous faisons du volontariat dans une auberge de jeunesse, en échange de l’hébergement. Nous prenons aussi des cours d’espagnol et comme c’est un endroit où il y a toujours des vagues, Yassine profite du surf (mais que l’eau est froide !). Nous profitons d’un rythme de vie tranquille au bord de l’eau, nous dégustons des fruits et des légumes à tomber : des ananas aux mangues, des fruits de la passion aux avocats, on ne peut plus s’arrêter ! Nous sommes aussi allés un week-end à Chicama, à deux heures de Huanchaco. C’est l’endroit où il y a la plus longue vague du monde (jusqu’à 4 kilomètres).Nous sommes aussi passés par les ruines de Chan Chan, plus grande ville de la civilisation Chimu. Entre deux magnifiques couchers de soleil et deux assiettes de ceviche (poisson cru), nous vous envoyons quelques photos, avant de nous diriger vers le nord où l’eau sera (enfin) chaude.

Huacachina et Paracas

Après notre aventure inca, nous sommes partis pour Huacachina, une charmante petite oasis dans le désert, près d’Ica. C’est un endroit où il ne pleut jamais, où il fait bon se reposer et explorer les dunes de sable. Une petite excursion en buggy (voiture du désert qui transforme les dunes en montagne russe) et sandboarding, surtout pour Yassine qui n’a pas eu peur d’affronter les dunes sur sa planche verte. Un magnifique coucher de soleil pour couronner le tout et un plongeon dans la piscine de l’hôtel pour nous rappeler que nous avons quitté le froid et la pluie. Le lendemain, direction la réserve de Paracas et les îles Ballestas. Surnommées les « Galapagos du pauvre », ces îles ont une faune et une flore impressionnantes, et aussi une des plus grandes productions de guano au monde, je vous laisse imaginer l’odeur. Nous avons vu une grand nombre de cormorans et d’otaries (Antoine, celle qui dort te ressemble beaucoup), les pingouins ont été plus timides et nous ne les avons aperçus que de loin. Nous avons aussi pu apercevoir une de ces fameuses lignes, comme à Nazca, dont on ne se sait toujours pas comment ni pourquoi elles ont été tracées : les théories sont nombreuses (des extraterrestres aux paysans en passant par les francs-maçons) mais le mystère reste entier. Après le tour en bateau, nous sommes rentrés dans la réserve : c’est un endroit où il ne pleut jamais et sa ressemblance avec la planète Mars a séduit la Naza pour y faire des essais. Les plages sont magnifiques, c’est un haut lieu de pêche et les pélicans l’ont bien compris. Après cette excursion, nous retournons dans notre charmante oasis pour profiter du soleil, avant de retrouver l’activité de la grande ville de Lima.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑